Mon lexique couture

Bonjour les filles! 

Suite à la publication des patrons de couture sur mon site, je me suis dit qu’un petit lexique spécial couture vous aiderait surement à comprendre et décrypter les termes techniques que j’utilise dans mes explications. 

allez c’est parti!

Les aiguilles :  il existe plusieurs types d’aiguille en fonction du tissu qui doit être cousu. Pour votre machine a coudre, elles se différencient avec des chiffres allant de 60 à 110, correspondants à la taille en micron de l’aiguille. Donc, plus le chiffre est gros, plus l’aiguille l’est. Plus votre tissu est fin, plus votre aiguille doit l’être également.

Il faut toujours en avoir quelques unes de rechange dans votre boite à couture, car on casse une aiguille plus rapidement qu’on ne croit ! Les aiguilles sont standardisées, donc n’importe quelle marque fonctionnera avec votre machine.

Il y a évidemment les aiguilles de couture à la main ! Celles que tout le monde connait, avec le fil qui passe dans le chas ! Pour réaliser vos coutures invisibles à la main, il est donc nécessaire d’en avoir quelques unes dans votre trousse à couture.

 

Le biais : Le biais est très utilisé en couture. Il désigne 2 choses en couture.
Tout d’abord, chaque tissu a un sens. On distingue la trame et la lisière. Le biais est la diagonale du tissu. Il est par conséquent la partie la plus « souple », la plus élastique du tissu.

Deuxièmement, le biais est une bande de tissu repliée sur elle-même que l’on trouve en mercerie. Le biais est disponible sous plusieurs formes.Le biais sert à « ganser » , c’est-à-dire poser une bande de tissu sur un bord.

La canette : c’est la bobine de fil sous votre machine à coudre, qu’il faut pour faire un point. Car pour faire un point, votre machine à coudre utilise le fil de la bobine qui passe dans l’aiguille, et le fil de la canette qui est sous votre ouvrage à coudre.

Cranter :  c’est faire de petites fentes tout le long d’un tissu, au bord, dans la marge de couture. Cela peut avoir plusieurs objectifs et se faire de plusieurs manières : on peut cranter pour avoir de beaux arrondis sur un ouvrage. Pour avoir arrondis nets, sans boursouflures ou bosses, on retire un peu de tissu en faisant des entailles aux ciseaux tous les 2 ou 3 centimètres. Ces fentes doivent être en V, mais si le tissu que vous utilisez est fin, de simples entailles suffisent.

Enfin, le crantage aux ciseaux cranteurs permet d’arrêter l’effilochage des tissus.

Dégarnir les angles (ou cranter les angles) : Lorsque votre ouvrage comporte une couture réalisée en « angle », il est impératif de la dégarnir de manière à pouvoir la retourner proprement. Pour ce faire, il suffit de couper en diagonale la valeur de couture le plus près possible tout en prenant garde à ne pas couper dans la couture !

Endroit : Vous verrez régulièrement sur les explications de mes patrons, le terme « endroit » ou « endroit sur endroit ». Tout comme votre tissu à un sens, il a également deux faces : l’endroit et l’envers. La plupart du temps, les motifs imprimés dessus peuvent vous aider à distinguer l’envers de l’endroit. Mais certaines étoffes ne sont pas forcément différentes d’une face à l’autre et il convient de prêter attention au bon côté que vous allez coudre. 

Endroit contre endroit : Il signifie que l’on pose les tissus à coudre l’un sur l’autre, en les ajustant, le côté imprimé de l’un se trouvant face au côté imprimé de l’autre. Ainsi, après couture, lorsqu’on retournera les tissus, la couture se retrouvera sur l’envers.

Envers : C’est le côté inverse de l’endroit.

Épingles : ce sont les petites aiguilles à tête plate ou à boule qui permettent de tenir vos tissus ensemble avant la couture.

La lisière : C’est la bordure d’un morceau de tissu. Les côtés coupés par le vendeur sont la trame, alors que les côtés de la lisière sont en principe nets. La lisière est parallèle à la chaîne, et au droit-fil. 

Marge de couture :  Sans marge de couture, pas de couture, c’est aussi simple que ça ! Les marges de couture – ou valeurs de couture – c’est le tissu que vous allez ajouter entre le bord du tissu et la piqûre. Il est impossible de coudre sans marge de couture. Les patrons que vous trouverez sur le site peuvent comprendre, ou non, une marge de couture. Tout est précisé sur les patrons.

Ouvrir une couture : il s’agit de repasser au fer une couture sur l’envers de manière à séparer les marges de couture de part et d’autre des points de la couture. Ouvrir les coutures rend le résultat final beaucoup plus propre que si vous sautez cette étape.

Passepoil : C’est un cordon enroulé de tissu qui sert à orner de manière décorative vos créations. De même que le biais, il en existe de toutes les sortes, de toutes les tailles et de toutes les couleurs. 

Piquer : Vous le verrez sur toutes les explications de patrons : « Piquer », c’est tout simplement coudre à la machine !

Repasser : le repassage est une étape primordiale en couture ! Vous pouvez tout à fait coudre sans jamais repasser, mais ça sera moche ! Pour être honnête, avant de me mettre à la couture, je ne  repassais jamais mes vêtements. Le fait de repasser ses tissus avant de les couper, et pendant la couture change un ouvrage du tout au tout.

Surfiler : Il s’agit de coudre les bords d’un ouvrage avec un point zig-zig. Le but est d’empêcher le tissu de s’effilocher lorsque vous le manipulez ou le passez à la machine à laver.

Surjeter : C’est faire une piqûre décorative sur l’endroit de votre création, en général près du bord. De préférence avec un fil de couleur contrastante. Cela renforce la couture, et bien sûr la décore.

La trame : C’est la « largeur » du tissu. Ce sens est normalement plus souple que la lisière – qui est le sens perpendiculaire.

 

Voilà, j’espère que cela vous aidera à progresser dans vos réalisations, n’hésitez pas si vous souhaitez que j’ajoute un autre mot, dites le moi en commentaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: